De l’aide et du service

Imprimer cette fiche
 

L’aide et le service sont deux notions qui se côtoient et qui parfois s’entremêlent. Pourtant, même si UNA est un acteur de l’aide, des soins, de l’accompagnement et des services aux domiciles, l’aide et le service ne procèdent pas de la même réponse. Il est donc important de différencier ces deux notions.

1. La notion d’aide

La notion d’aide se définit comme une réponse à un besoin évalué de compensation d’un handicap ou d’une incapacité partielle ou totale. Cette réponse d’aide s’organise en prestations médico-sociales qui renvoient aux réponses organisées par des structures dont l’objectif est double :
-  intervenir auprès d’un public fragile [1] ;
-  organiser une réponse requérant une compétence se situant dans les référentiels métiers des intervenants sociaux et médico-sociaux (ex : auxiliaire de vie sociale, aide-soignant, infirmier,..)

2. La notion de service

La notion de service s’inscrit dans le cadre d’une réponse à des besoins sociaux, renvoyant à des réponses en termes de prestations de service organisées par des structures dont les objectifs sont :
-  intervenir auprès du tout public [2] et le cas échéant, du public fragile pour une activité ne correspondant pas à une réponse médico-sociale (ex : jardinage)
-  organiser une réponse requérant une compétence (ex : ménage) et s’inscrivant dans la réponse à une commande. Le service est alors commandé et ne fait l’objet d’aucune négociation incluant un tiers.

3. L’évaluation de la demande

Lors de la demande, il est primordial pour le professionnel de faire la distinction entre une demande appelant une réponse en terme de prestation de service d’une demande appelant une réponse médico-sociale. Seule l’évaluation permet de clarifier en amont la demande. Le professionnel met alors en cohérence les indices recueillis à partir des interrogations suivantes :
-  Qui demande ?
-  Pour qui est la demande ?
-  Quelle est la nature de l’activité demandée ?

Seule la combinaison de ces éléments garantira l’adéquation de la réponse apportée. En effet, ni le public ni l’activité ne constituent des critères discriminants.

Une personne de 85 ans peut faire une demande relevant d’une prestation de service telle que du jardinage ou la garde d’un animal familier, bien qu’elle entre dans les critères du public fragile auquel s’adressent les prestations médico-sociales. Autre exemple, une demande de garde d’enfant à domicile, qui semble relevée d’une prestation de service, peut correspondre à une réponse en termes de prestation médico-sociale dans le cas où l’un des parents est gravement malade perturbant ainsi l’équilibre familial.  

Le processus d’évaluation de la demande aboutit à la distinction entre la réponse prestation de service et la réponse prestation médico-sociale, afin de différencier les champs (activités), les moyens (intervenants professionnels, visite d’évaluation à domicile, intermédiation, coordination,...), les financements (publics, exonérations), les tarifs (en fonction des prix de revient) qui seront sollicités pour mettre en place chaque réponse.

Word - 33.5 ko

Schéma d’évaluation de la demande

[1] Public fragile Cette notion renvoie à la catégorie de public éligible ou concerné par des dispositifs publics d’action sociale permettant une prise en charge financière (totale ou partielle). Dans le secteur de l’aide à domicile, on distingue :
-  les personnes âgées de plus de 60 ans dépendantes ou malades ;
-  les personnes en situation de handicap ;
-  les personnes malades, atteintes de pathologies graves, aigües ou chroniques ;
-  les familles ayant à faire face à un ou des évènements qui perturbent leur équilibre habituel

[2] Tout public Catégorie de public ne présentant ni pathologie ni dépendance ou ne rentrant pas dans les critères des différents dispositifs d’action sociale.


Mise en ligne : novembre 2005
Dernière modification : novembre 2006