Fondation Médéric Alzheimer

Imprimer cette fiche
 

la mission de la fondation Médéric Alzheimer :

La Fondation Médéric Alzheimer peut intervenir pour financer certaines actions développées par des opérateurs de terrain.

Ses statuts définissent les missions de la Fondation et le cadre dans lequel les soutiens financiers peuvent être accordés :

« La Fondation Médéric Alzheimer a pour but principal de promouvoir toute action sociale et médico-sociale destinée à soulager la charge des aidants des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés liés au vieillissement. »

Dans cette perspective, la Fondation cherchera notamment :
-  A soutenir les aidants, en particulier les familles, et à valoriser leur rôle social,
-  A devenir un observatoire reconnu et un outil de connaissance des actions développées en France et à l’étranger,
-  A encourager et favoriser la recherche médico-sociale,
-  A soutenir techniquement ou financièrement toute initiative reconnue comme pertinente et innovante. Pour atteindre le but défini ci-dessus, la Fondation se propose, notamment d’utiliser les moyens suivants :
-  La mise en place et la réalisation de programmes d’aide aux aidants,
-  L’aide financière et matérielle aux intervenants oeuvrant dans le cadre défini par l’article 1er,
-  L’utilisation de tout moyen de communication sur la maladie d’Alzheimer et les troubles apparentés liés au vieillissement,
-  Le soutien à la création ou au fonctionnement de toute œuvre sociale pouvant concourir à la réalisation du but défini l’article 1er,
-  L’organisation de toute manifestation pouvant être utile à la réalisation du but défini à l’article 1er,
-  Le soutien financier à la recherche médico-sociale relative à la prise en charge matérielle et affective par les aidants des affections visées à l’article 1er et à l’évaluation de celle-ci,
-  La coopération avec tout organisme ou administration poursuivant en France ou à l’étranger des actions similaires ou complémentaires. » (Articles 1 et 2 des Statuts de la Fondation)

l’Appel à projet 2005 :

En 2005, la Fondation Médéric Alzheimer a choisi de financer des projets dont les thèmes sont les suivants : 1. Donner la parole aux personnes malades :

La maladie d’Alzheimer est une pathologie dont l’un des symptômes majeurs est l’installation progressive de troubles cognitifs tels que la perte de mémoire, l’affaiblissement de la compréhension et les difficultés d’élocution... Bien souvent les personnes atteintes perdent peu à peu le fil de leur pensée ou bien simplement leur capacité à s’exprimer verbalement.

Echanger, discuter avec ces personnes semble malaisé et apparaît aux yeux de nombreux aidants souvent insurmontable, voire inutile... Cela demande du temps, de la patience, mais surtout de l’écoute et de l’attention à cet autre « perdu ». Trop souvent encore aujourd’hui, devant la fatalité du diagnostic, l’écoute de la personne malade est négligée, au profit d’une parole plus « sensée », facilement compréhensible, celle de l’aidant : celui qui sait et qui peut répondre aisément. On développe ainsi des attitudes comme la surprotection ou à contrario la dépersonnalisation dans les actes d’aide et de soins, amenant petit à petit la personne malade à se déconsidérer, minimisant ses capacités restantes et la portée de sa parole. Comment retrouver un sens à des phrases, des mots ou des comportements, qui, nous semble-t-il, sont décousus, inaccessibles, insensés ?

L’observation des pratiques et les investigations, en France et à l’étranger, menées par la Fondation Médéric Alzheimer ont permis d’identifier des actions dignes d’intérêt, destinées à prendre en compte la parole de la personne malade. Celle-ci peut, en effet, prendre de multiples formes, verbale ou non verbale. Au travers d’un geste, d’un regard, elle représente l’expression d’une pensée, d’un souhait, d’un désir, d’une volonté.

C’est pourquoi, la Fondation Médéric Alzheimer souhaite, par cet appel à projets, encourager et promouvoir des initiatives destinées à faire exister la parole des personnes atteintes de troubles cognitifs, affirmant ainsi leur humanité.

Il s’agit tout autant d’accompagner les bouleversements liés à l’annonce du diagnostic que de s’appuyer, tout au long de l’avancée de la maladie, sur les capacités restantes de la personne, reconnaissant ainsi, jusqu’aux stades les plus sévères, sa capacité d’échange.

C’est à ce prix que pourra s’opérer un changement de regard, que les personnes seront considérées, au-delà de leur maladie, comme des êtres humains dont la vulnérabilité ne saurait être prétexte à les exclure du monde des vivants.

2. Promouvoir les nouvelles formules de répit :

Malgré la prise de conscience et le développement de l’aide aux personnes et à leurs proches, les familles sont encore nombreuses à être en première ligne dans l’accompagnement de leur parent atteint de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés.

Depuis quelques années, des projets visant à développer des espaces relais qui s’inscrivent entre vie à domicile et hébergement collectif se multiplient. Ils proposent un répit aux aidants familiaux, en soulageant stress, charge matérielle et épuisement qui altérent, de manière sensible, la santé des aidants et la relation avec la personne aidée. De telles actions préviennent aussi la survenue de situations de crise.

Si l’intérêt du répit n’est plus à prouver, il est reconnu que ce type de réponse, souvent mis en œuvre hors du lieu de vie habituel, doit être organisé avec le souci de ne pas perturber la personne aidée. L’aide au répit des aidants familiaux est, du reste, une des dix mesures du nouveau plan Alzheimer du ministère de la Santé (septembre 2004).

Cependant, compte tenu des enjeux liés au répit des aidants, la Fondation Médéric Alzheimer a décidé de poursuivre sa politique d’impulsion et d’encouragement du développement du répit des aidants familiaux par l’aide à la mise en place de formules nouvelles, initiée en 2002. Si l’accueil de jour est aujourd’hui une action bien identifiée et en phase de développement régulier, en revanche, des initiatives telles que l’accueil et les actions pendant le week-end, l’accueil temporaire, l’accueil de nuit, la garde itinérante de nuit, l’équipe mobile de répit, méritent d’être soutenues car elles sont encore peu répandues en France.

Il s’agira particulièrement de valoriser la souplesse dans les formules proposées ainsi que la diversité des offres.

Pour plus d’information concernant ces deux appels à projet à déposer avant le 13 mai 2005, vous pouvez consulter le site Internet : http://www.fondation-mederic-alzheimer.org/


Mise en ligne : novembre 2005
Dernière modification : novembre 2005