Se déplacer en fauteuil

Imprimer cette fiche
 

Le fauteuil traditionnel

-  Il s’agit d’un fauteuil dont les grandes roues latérales sont pourvues de mains courantes permettant la propulsion par la personne elle-même. Il existe des modèles avec des roues plus petites appelés fauteuil de transfert ou fauteuil à pousser.
Un modèle de base, qui pèse une vingtaine de kilos, sera pris en charge dans sa quasi-totalité par la Sécurité sociale. Il peut être suffisant pour des déplacements limités.

(JPG)
fauteuil GENEVA

Il existe de très nombreuses options. Elles permettent un meilleur positionnement (dossier inclinable, réglable en tension, relève-jambes, appui-tête dans le prolongement du dossier ou sur un support orientable) et facilitent les transferts (palettes relevables, repose-pieds escamotables, accoudoirs que l’on peut enlever ou escamoter derrière le dossier...). D’autres sont destinées à l’aidant (poignées de poussée réglables, dossier cassant pour ranger en voiture...). Une assise garde robe peut être exceptionnellement utile. Des coussins simples, de prévention d’escarres, ou encore de positionnement peuvent être nécessaires. Le choix des accoudoirs est particulièrement important. Il faut parfois opter pour des manchettes longues sur lesquelles la personne âgée va plus facilement prendre appui pour se relever, même s’ils permettent moins facilement de s’approcher d’une table.
Les pneus gonflables... peuvent se dégonfler mais sont plus confortables. Néanmoins, si l’entretien régulier est difficile, il existe des pneus pleins dits à bandage.

(JPG)
fauteuil confort

-  Si la personne est amenée à rester longtemps dans son fauteuil, il faudra peut-être opter pour les modèles "confort". Certains disposent en plus d’inclinaison d’assise.

-  Si le fauteuil doit être souvent transporté, un fauteuil léger, pliable dans le coffre d’une voiture, sera préférable. Désormais, pratiquement tous les modèles disposent de roues à démontage rapide.

Combien ça coûte ?
Pour un fauteuil traditionnel : à partir de 500 €, ce qui correspond à la prise en charge par la Sécurité sociale. Pour un fauteuil léger : entre 1 000 et 1 200 €, le surcoût par rapport à un fauteuil traditionnel étant à la charge du client. Pour un fauteuil "confort" : entre 1 500 et 3 000 €.

Le fauteuil électrique

(JPG)
fauteuil électrique

Beaucoup plus cher, le fauteuil électrique s’adresse aux personnes ayant perdu la mobilité des membres supérieurs. Il faut obligatoirement obtenir un certificat d’essai réalisé avec une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin de Médecine Physique et de Réadaptation et d’un ergothérapeute ou d’un kinésithérapeute. Un essai à domicile, dans ses conditions ordinaires de vie, est ensuite indispensable, compte tenu du prix.

Le scooter à 3 ou 4 roues, à la différence du fauteuil électrique, n’est pas remboursé . Il est utile pour les déplacements à l’extérieur, mais ne s’utilise pas en intérieur.

Les points à surveiller

-  L’encombrement.
-  La maniabilité.
-  Le service après-vente.
-  La possibilité d’adapter des options spécifiques.
-  L’assise. Elle ne doit pas être trop large : la largeur du bassin, plus un cm de chaque côté.
-  Le dossier. Certains sont inclinables, d’autres pas.
-  Les accoudoirs. Il est intéressant qu’ils soient réglables en hauteur, escamotables et, si possible, amovibles.

L’idéal est bien sûr d’essayer le fauteuil là où il sera utilisé. Vérifiez qu’il passe bien dans les couloirs, dans l’ascenseur, qu’il entre dans le coffre de la voiture, etc.

Combien ça coûte ?
De 3 500 à 4 500 € pour un fauteuil électrique. Pour les scooters, les prix sont comparables. Mais aucune prise en charge n’est prévue par la sécurité sociale.

(JPG)
le boxway

Saluons le gagnant du concours Lépine 2004 : le BOXWAY, un fauteuil roulant pliable en valise roulante.

Quelle prise en charge ?

-  Pour un fauteuil non électrique : environ 500 € remboursés par la Sécurité sociale. Soit le prix d’un modèle de base.
-  Pour un fauteuil électrique : 2 600 € environ. (Entre 1 000 et 2 000 € restent à la charge de l’assuré.)
-  Pour un scooter : pas de prise en charge par la Sécurité sociale.

Où les trouver ? Où se les procurer ?
Rendez-vous soit chez un vendeur de matériel, soit dans un Cicat (Centre d’informations et de conseils sur les aides techniques).

Pour consultez la liste des Cicat, rendez-vous sur l’Annuaire d’agevillage.com et choisissez le thème "Informations et conseils".

Pour trouver un revendeur près de chez vous, rendez-vous sur l’Annuaire d’agevillage.com et choisissez le thème "Matériel Médical".

En région parisienne, une visite s’impose à la fondation Garches (01 47 41 93 03). Un centre d’essai et de choix est ouvert à l’hôpital Raymond Poincaré. En attendant la visite, sachez que la base de données de cette fondation présente des fiches techniques sur la quasi-totalité des modèles disponibles sur le marché français. Les services pour la vie autonomes les plus proches de chez vous connaissent peut- être un centre d’essai régional


Mise en ligne : septembre 2005
Dernière modification : octobre 2005