Les aides auditives

Imprimer cette fiche
 

L’intérêt des aides auditives est de permettre à des personnes souffrant de problèmes d’audition de continuer à participer à la vie de la cité, de pouvoir assister à des débats sans être trop gênés par les bruits secondaires, de pouvoir comprendre au téléphone, ou encore la télévision.

Lorsque l’audition n’est plus aussi efficace, on peut améliorer assez facilement l’intensité des sons perçus par le biais des appareils auditifs, mais la discrimination, elle, est touchée, et il devient plus ou moins difficile de différencier, en particulier au milieu du bruit, certains phonèmes, de reconnaître les mots, les sons, etc. Cependant, même si le confort n’est pas complet, l’appareil permet à ses utilisateurs de participer davantage à la vie sociale.

Il existe différents types d’appareils de correction auditive, aussi appelé prothèses auditives, adaptés à l’importance du handicap. C’est le médecin O.R.L (oto-rhino-laryngologiste) qui, après avoir ausculté la personne, rédige une ordonnance et l’adresse à un audioprothésiste. Celui-ci, après avoir procède à des tests audiométriques, prend l’empreinte du conduit auditif pour réaliser une prothèse.

Trois sortes de prothèses peuvent être distinguées :
-  Les contours d’oreille se placent derrière le pavillon. Un petit tube mène à un embout qui se loge dans le creux de l’oreille. Il est recommandé pour tous les types de surdité, légère comme profonde.
-  Les intra-auriculaires, plus petits et de couleur chair donc plus discrets :

  • les intra-conduit que l‘on place dans le conduit auditif,
  • les intra-conques qui se positionnent à l’entrée du conduit.

-  Les lunettes auditives en conduction osseuse sont réservées aux pertes auditives de transmission ; un vibrateur appliqué par pression sur la mastoïde stimule directement l’oreille interne. Son adaptation est très rare et est réservée aux patients dont on ne peut obturer le conduit auditif.

(JPG)
Source : www.doctissimo.fr

Le passage de l’analogique au numérique favorise la distinction entre les sons (bruit de fond, conversation) et améliore ainsi le confort de l’écoute. La quasi-totalité des prothèses auditives vendues aujourd’hui sont numériques.

L’implant cochléaire

L’implant cochléaire est un appareil ultra-miniaturisé qui permet d’aider les personnes souffrant d’une perte d’audition très importante. Cette technique nécessite une intervention chirurgicale. Destiné à restaurer l’audition chez des personnes souffrant d’une surdité sévère à profonde, l’implant cochléaire est une alternative lorsque les prothèses auditives ne permettent pas la compréhension de la parole.

Des appareils de la vie quotidienne adaptés :

Différents appareils de la vie quotidienne ont été adaptés pour permettre aux personnes malentendantes ou souffrant de surdité de réaliser les actes de la vie quotidienne.
Quelques exemples :

  • Le réveil vibrant ou avec sonnerie amplifiée,
  • La montre à affichage digital avec alarme par vibrateur incorporé,
  • Le flash qui s’adapte sur la prise de téléphone pour avertir la personne d’un appel,
  • ...

Quelle prise en charge ?
L’Assurance Maladie rembourse, sur prescription médicale, les prothèses auditives et leurs accessoires. La prise en charge dépend de l’âge, et du handicap de la personne ainsi que des prothèses choisies.

Où se renseigner ?
Se renseigner auprès de votre médecin ORL, de votre audioprothésiste ou auprès de votre Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) reliée au Conseil Général.


L’audioprothésiste

L’audioprothésiste procède à l’appareillage des malentendants. La formation est sanctionnée par un diplôme BAC+3. Ce technicien de santé est le seul habilité à procéder à l’appareillage des malentendants, qui lui ont été adressés par un médecin ORL.

La nature du problème d’audition, de la personnalité et des attentes du malade vont aider l’audioprothésiste à choisir l’appareillage le plus à même d’aider le patient. Il procède à la prise de l’empreinte du conduit auditif, au réglage des appareils, à l’adaptation prothétique, à l’évaluation de l’efficacité, jusqu’à l’apprentissage de l’utilisation au patient.

La fonction de l’audioprothésiste consiste ainsi à accompagner le patient pour qu’il s’habitue et s’adapte aux contraintes liés au port d’une aide auditive. Le réglage de ces appareils repose sur des paramètres techniques mais aussi et surtout sur la perception du patient. Il peut ainsi nécessiter de nombreuses visites et du temps.

Le choix et l’adaptation d’aides auditives est plus compliqué que le choix de verres correcteurs !

Source site www.doctissimo.fr


Mise en ligne : février 2008
Dernière modification : février 2008