Les aides pour otpimiser et cultiver sa vision

Imprimer cette fiche
 

De nombreuses aides visuelles contribuent à aider la personne malvoyante pour lui permettre d’optimiser et cultiver ses capacités visuelles. Ni bien voyants, ni aveugles, les malvoyants sont plus de 1,5 millions en France. La majorité des personnes touchées par ce handicap ont plus de 65 ans. Le glaucome, le diabète, des maladies vasculaires et surtout la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) comptent parmi les principales causes de la basse vision.

Des loupes, le plus ancien des systèmes utilisés pour l’agrandissement d’une image, aux agrandisseurs électroniques, les aides visuelles fournissent à la personne de véritables aides techniques qui lui permettent de mieux vivre au quotidien son handicap visuel.

Contrairement aux lunettes correctrices, les aides visuelles grossissantes ne s’utilisent pas constamment. Elles permettent de réaliser des actions précises comme lire, écrire, cuisiner, aller au cinéma. Les besoins de la personne, sa pathologie et la profondeur de son atteinte visuelle conditionnent ces aides.

La rééducation un préalable

La rééducation de la vision est un préalable généralement indispensable à l’utilisation d’une aide optique. Les séances de rééducation se font d’abord sans, puis avec l’aide optique envisagée, prêtée par le fournisseur. C’est ensuite le médecin ophtalmologiste qui prescrit le matériel.

La rééducation basse vision permet non pas de récupérer ses capacités visuelles mais de voir autrement. Elle apprend à utiliser des moyens de compensation. La rééducation passe ainsi par le développement de l’utilisation du toucher, de l’odorat, de l’ouïe. Elle peut se réaliser au rythme de quelques séances par semaine, ou en hospitalisation complète avec :
-  une rééducation orthoptique (coordination œil-main...),
-  une rééducation ergothérapique (tonus musculaire, maîtrise de trajectoires),
-  la sécurisation dans les déplacements (détection et évitement des obstacles immobiles, franchissement des escaliers...).

Source site ESSILOR


LES AIDES VISUELLES

Les loupes

Les loupes sont adaptées à diverses utilisations. A main ou à poser, avec un système d’éclairage, elles peuvent aussi être intégrées à des lunettes. Les loupes permettent :
-  de grossir un texte, une image de 2x à 15x.
-  de réaliser des tâches de la vie quotidienne en intérieur ou en extérieur. (lecture d’un prix, écriture d’un chèque...).

(JPG)
Loupe éclairante

Les aides optiques

Ce sont principalement des verres filtrants ou des lunettes équipées de verres très grossissants. (JPG)

Les verres filtrants diminuent les éblouissements, augmentent les contrastes et améliorent le confort. Ils sont une aide précieuse à l’intérieur (lumière artificielle : télévision, écran, éclairage magasin....) et à l’extérieur (lumière naturelle : réverbération, soleil). Ces verres spécifiques peuvent être montés sur des lunettes classiques ou des lunettes protectrices avec la correction adaptée. Ils sont également utilisés en clip relevable.

Les lunettes équipées de verres très grossissants permettent de grossir jusqu’à 15x tout en conservant les mains libres. D’autres systèmes optiques existent montés sur lunettes ou tenus à la main, ils grossissent de façon plus importante (petits télescopes ou petite jumelle monoculaire).

Les aides électroniques

(JPG)
Loupe électronique

Les agrandisseurs électroniques comportent une caméra, un système optique et un écran. Ils permettent de lire tous les documents manuscrits et peuvent grossir jusqu’à 50 fois la taille du texte initial. L’image agrandie est obtenue en déplaçant la caméra sur le texte. Certains sont transportables, d’autres peuvent être connectés à un ordinateur. Ces aides électroniques permettent :
-  un agrandissement plus important que les aides optiques (3 à 50x),
-  le réglage des contrastes et de la luminosité,
-  le choix d’un fond coloré selon la préférence de sensibilité.

Quelle prise en charge ?
Le financement d’une aide visuelle par la Sécurité Sociale varie en fonction de l’âge de la personne et du handicap. Les demandes de prises en charge sont étudiées au cas par cas. Les documents à fournir sont :
-  L’ordonnance et l’entente préalable de l’ophtalmologiste qui précise l’origine de la malvoyance, l’acuité visuelle avec et sans correction et le grossissement nécessaire ;
-  Le devis descriptif de l’aide visuelle, réalisé par l’opticien ;
-  Un document précisant le bien fondé et l’utilité de l’achat de l’aide visuelle.

Où voir ces matériels ?
Dans un Cicat (centre d’information et de conseil sur les aides techniques) ou chez un revendeur spécialisé. Rendez-vous sur l’Annuaire d’agevillage.com

Où se les procurer ?
Par correspondance ou chez les revendeurs spécialisés. Pour savoir à qui vous adresser, vous pouvez consulter l’Annuaire d’agevillage.com> Matériel Médical..


LES OBJETS PRATIQUES

Les industries technologiques et informatiques proposent également un grand nombre d’objets adaptés au handicap visuel.

Il existe des postes téléphoniques à grosses touches. Certains offrent la possibilité de mettre en mémoire directe 9 numéros dont les touches sont recouvertes d’un cabochon transparent pour glisser une photo (59€ France Telecom).

(JPG)

(JPG) Certains objets usuels de la vie quotidienne parlent :
-  Des montres,
-  Des balances alimentaires,
-  Des pèse-personnes,
-  ...

Et pour les loisirs, il existe des jeux de société pouvant réunir aveugles, malvoyants et voyants. Des associations, dont notamment l’Association Valentin Haüy, adaptent et diffusent des jeux de société.

Jeux de cartes en 32 ou 54 cartes, standard marquées relief ou géantes (18.80€ pour le jeu de tarot).

(JPG)

De nombreux sites internet proposent également des articles, des logiciels... adaptés.

Quelle prise en charge ?
Ces objets, même spécialement conçus pour les handicapés, ne sont pas inscrits au tarif interministériel des prestations sanitaires et ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale.

Où voir ces matériels ?
Dans un Cicat (centre d’information et de conseil sur les aides techniques) ou chez un revendeur spécialisé. Rendez-vous sur l’Annuaire d’agevillage.com

Où se les procurer ?
Par correspondance ou chez les revendeurs spécialisés. Pour savoir à qui vous adresser, vous pouvez consulter l’Annuaire d’agevillage.com> Matériel Médical..


Mise en ligne : février 2008
Dernière modification : février 2008